Fucking Furious Females est une création originale. 
Le spectacle dure 1h20 et ne laisse pas le spectateur indemne.

Ici on casse le quatrième mur pour en construire un autre : les femmes d’un côté, les hommes de l’autre, et le spectacle peut commencer. Le public est témoin de ce qui se passe et se trouve dans l’incapacité d’agir, comme le sont nos protagonistes. 
Ici, on parle de haine, de radicalisme, de dictature, on parle de pouvoir, d’humanité, on parle des femmes, mais également des hommes, on pousse à bout une société où chacun a peur d’être discriminé.


Festival Extrapolis, Rontalon 2019.
© Vincent Joffre

Extrait.

 » Sentez-vous ce vent de fraîcheur balayant tout contrôle de l’homme ? Sentez-vous dans le plus profond de votre âme ce souffle de femme épanouie ? Sentez-vous la jouissance s’emparer de vous ? 
Libérez-vous. Soyez-vous.
Faites de notre sexe un totem sacré autour duquel règne la libération la plus totale de nos actes, de nos révoltes, de nos envies !
Le mâle n’est plus qu’un animal rampant à vos pieds, une créature futile qui n’est qu’un ramassis de déchets ! Crucifiez-le à votre portail, que chaque oiseau puisse grignoter ses entrailles. Il ne mérite même pas d’être nourriture. À chaque lever de soleil revendiquez votre féminitude ! Une fois gorgée de lumière vous sentirez que nulle domination n’est requise.
Ni aujourd’hui. ni demain.
Rassemblons nos forces afin de tous les mettre à terre ! 
GLOIRE AU  FUCKING FURIOUS FEMALES ! « 


Le Propos.

Dans une société où l’on se questionne énormément sur la place de la femme et de l’homme, les discriminations faites au travail, au quotidien, où l’on parle de théorie de genre, de stéréotypes ancrés dans les pensées, il nous a semblé évident de se pencher sur ce mouvement que l’on nomme féminisme.  Qu’est-ce réellement que le féminisme ? Pourquoi est-il souvent mal perçu ? N’est-ce pas pourtant un simple mouvement destiné à établir une parité homme-femme ? 
Au début était la volonté de nous confronter à la création dans son intégralité. Partir d’un mot, et de recherches en trouvailles, créer une fiction, raconter l’histoire de personnages. Nous avons commencé le travail de création après avoir découvert le pamphlet SCUM Manifesto, de Valérie Solanas. Un texte virulent où l’on parle même d’éradication du sexe masculin. De là est venue l’envie de parler d’un extrémisme au féminin : jusqu’où la femme pourrait-elle aller pour défendre sa condition ?

Mais comment parler d’extrémisme sans parler de politique ? Comment ignorer la montée des partis nationalistes et de leurs records aux élections présidentielles ou Européennes ?Comment ignorer cette étape de la vie politique ? L’idée nous est venue de  pousser certaines paroles extrêmes vers d’autres extrêmes ? L’exercice était de taille, car nous ne voulions pas d’un spectacle qui porte de jugement, mais un spectacle qui parle d’une société, une société qui serait poussée à bout, une société devenue folle. Nourri du travail de recherche, puis enrichi d’un travail d’écriture et de création, Fucking Furious Females est une fiction.  On y raconte la montée d’un parti extrémiste via le prisme du féminisme. Nous inventons un monde du chaos, où les discriminés – ici, les femmes – trop longtemps asservis, prennent le pouvoir et font acte de vengeance.

Coralie Trichard.